top of page
  • Photo du rédacteurAnnick Vivicorsi

Stress chronique et colopathie fonctionnelle (SII)

Dernière mise à jour : 19 mai

La colopathie fonctionnelle, plus communément appelée syndrome de l'intestin irritable (SII), est un trouble digestif fonctionnel, ce qui signifie qu'il est caractérisé par des symptômes sans qu'aucune anomalie structurale ou biochimique évidente ne soit détectable par les tests médicaux standards.


Les symptômes les plus fréquents incluent des douleurs abdominales, des ballonnements, ainsi que des changements dans les habitudes intestinales comme la diarrhée, la constipation ou une alternance des deux.


La cause exacte du SII reste inconnue, mais plusieurs facteurs sont considérés comme contributifs.


Ces facteurs incluent des anomalies dans la motilité intestinale, une sensibilité viscérale accrue, des déséquilibres de la flore intestinale (microbiote), des infections intestinales antérieures, et des perturbations dans la communication entre le cerveau et l'intestin (axe cerveau-intestin).


Le stress chronique est reconnu comme un facteur déclencheur ou aggravant significatif des symptômes de SII, mettant en lumière l'impact du bien-être émotionnel sur la santé digestive.


Une personne est recroquevillée car elle a mal au ventre
Mal de ventre

Implications du stress chronique sur la colopathie fonctionnelle


La relation entre le stress chronique et la colopathie fonctionnelle (SII) est complexe et multidimensionnelle, impliquant des interactions entre les systèmes nerveux, immunitaire et digestif.


Le stress chronique influence non seulement la fonction gastro-intestinale, mais aussi la sensibilité et la réponse aux douleurs intestinales, jouant ainsi un rôle significatif dans l'exacerbation des symptômes du SII.



1. Perturbation de l'axe cerveau-intestin en cas de stress chronique et colopathie fonctionnelle


L'axe cerveau-intestin est essentiel pour maintenir l'homéostasie gastro-intestinale et réguler la réponse au stress.


En conditions de stress chronique, cet axe peut devenir dysfonctionnel. Les neurotransmetteurs et les hormones liés au stress, comme le cortisol et la corticotrophine-releasing factor (CRF), sont surproduits, conduisant à des perturbations dans la motilité gastro-intestinale et l'augmentation de la sensibilité viscérale.


Ces changements peuvent provoquer des spasmes intestinaux, de la diarrhée ou de la constipation, des symptômes fréquemment associés au SII.


2. Augmentation de la perméabilité intestinale


Le stress chronique peut augmenter la perméabilité de la paroi intestinale, un phénomène parfois désigné sous le terme de « porosité intestinale". Cette condition permet à des molécules potentiellement nocives, qui ne traverseraient normalement pas la barrière intestinale, d'entrer dans la circulation sanguine.


Cette perméabilité accrue peut déclencher une réponse immunitaire, conduisant à l'inflammation et à une aggravation des symptômes digestifs. Des études suggèrent que cette inflammation peut elle-même affecter l'axe cerveau-intestin, créant un cercle vicieux qui peut être difficile à rompre.


3. Modifications du microbiote intestinal


Le stress chronique est également connu pour affecter la composition et la fonction du microbiote intestinal. Le déséquilibre du microbiote, ou dysbiose, peut perturber les fonctions digestives et immunologiques normales et contribuer à l'inflammation intestinale.


Les personnes souffrant de SII présentent souvent des modifications de leur microbiote intestinal, qui peuvent être exacerbées par le stress prolongé, influençant la sévérité et la fréquence des symptômes.


4. Réponse immunitaire exacerbée


Sous stress, le système immunitaire peut devenir hyperactif, ce qui peut augmenter l'inflammation dans tout l'organisme, y compris dans l'intestin. Cette inflammation peut contribuer à la douleur et aux dysfonctionnements associés au SII.


Le rôle des cytokines inflammatoires, telles que l'IL-6 et le TNF-α, est crucial, car elles modulent non seulement la réponse immunitaire mais influencent aussi directement la motilité intestinale et la sensibilité.


5. Impact psychologique


Enfin, le stress chronique affecte également le bien-être psychologique, ce qui peut aggraver les perceptions de douleur et les symptômes du SII. La gestion du stress est donc cruciale non seulement pour réduire l'impact direct du stress sur le système digestif mais aussi pour améliorer l'approche psychologique de la gestion des symptômes.


Les sont accompagnement naturels


Dans l'approche naturopathique pour accompagner la colopathie fonctionnelle, ou syndrome de l'intestin irritable (SII), plusieurs stratégies peuvent être mises en œuvre pour aider à gérer les symptômes et améliorer la qualité de vie des patients.


Ces stratégies sont basées sur les principes de la naturopathie qui visent à promouvoir l'auto-guérison du corps par des moyens naturels et holistiques. Voici quelques-unes des réponses naturopathiques pour accompagner la colopathie fonctionnelle :


1. Alimentation, 1er outil pour accompagné colopathie fonctionnelle et

stress chronique


La modification du régime alimentaire est fondamentale dans la gestion du SII.

  • Régime pauvre en FODMAP : Ce régime implique de limiter les aliments riches en certains glucides fermentescibles (FODMAPs) qui peuvent être difficiles à digérer et provoquer des symptômes chez les personnes atteintes de SII.


  • Alimentation riche en fibres : Pour certains patients, augmenter l'apport en fibres peut aider à réguler le transit intestinal. Cependant, cela peut ne pas convenir à tous, surtout en cas de prédominance de ballonnements et de gaz.


  • Éviter les aliments irritants : Les aliments comme le café, l'alcool, les épices fortes et les aliments frits peuvent aggraver les symptômes et doivent être limités ou évités.


  • Favoriser les aliments anti-stress, riche en tryptophan, précurseur de la sérotonine, hormone du bien être. Pratiquer la chrono nutrition avec des protéines plutôt en première moitié de journée.


  • Hydratation : Une bonne hydratation est essentielle pour aider à la digestion et à la régulation du transit intestinal.



Saumon, noix, avocat, oeufs
Assortiment riche en omega 3

2. Suppléments, phytothérapie, gemmothérapie


La naturopathie offrent un panel d’outils pour soutenir la digestion et réduire l'inflammation :


  • La glutamine, ou le bourgeon de noyer  pour lutter contre la porosité intestinale,


  • Les probiotiques : pour restaurer et maintenir un équilibre sain de la flore intestinale,


  • Les enzymes digestives : Peuvent être utilisées pour aider à la digestion, surtout si des insuffisances digestives sont suspectées,


  • La phytothérapie : Des plantes comme la menthe poivrée (antispasmodique), le gingembre (anti-inflammatoire et aide à la digestion) et le curcuma (anti-inflammatoire) sont souvent recommandées.


Tout complément alimentaire est conseillé par un professionnel de santé ou un naturopathe après un bilan complet. Il vérifiera les contres indications éventuelles.


3. Gestion du stress


Le stress est un facteur connu pour exacerber les symptômes du SII, voire les déclencher. Les méthodes pour gérer le stress comprennent :


  • Techniques de relaxation : Yoga, méditation, et techniques de respiration profonde, cohérence cardiaque. Tout l’enjeu réside dans la régularité de la pratique.


  • La phytothérapie : Le plantes adaptogènes comme la rodhiole, l’aswhaganda ou l’Euthérocoque peuvent être conseillées, mais aussi les plantes du sommeil comme la passiflore, la valériane, ou la mélisse qui aide aussi à la digestion.


  • La sophrologie : La sophrologie est une méthode efficace pour réduire le stress grâce à des exercices de relaxation, de respiration et de visualisation qui favorisent le bien-être mental et physique. Elle aide à mieux gérer les émotions et à développer une résilience face aux situations stressantes. En pratiquant régulièrement, la sophrologie peut améliorer significativement la qualité de vie en diminuant les niveaux de stress et d’anxiété.


  • La réflexologie : La réflexologie est une technique thérapeutique qui utilise la pression sur des points spécifiques des pieds et des mains pour rétablir l'équilibre corporel et réduire le stress. En stimulant ces zones réflexes, la réflexologie favorise la relaxation profonde, améliore la circulation sanguine et aide à libérer les tensions accumulées. Cette pratique peut ainsi contribuer à une meilleure gestion du stress et à une sensation globale de bien-être.


  • La thérapie cognitivo-comportementale (TCC) et d'autres approches similaires peuvent être utiles pour gérer le stress psychologique lié au SII.

Une jeune femme respire profondément
Bien respirer

4. Exercice physique


L'activité physique régulière est bénéfique pour le système digestif et peut aider à réduire le stress et promouvoir le bien-être général. Elle favorise de surcroît la motilité intestinale.


5. Thérapies manuelles


Outre la réflexologie, le massage abdominal peut aider à soulager les symptômes.


Conclusion


En conclusion, l'interaction entre le stress chronique et le syndrome de l'intestin irritable (SII) est une dynamique complexe qui souligne l'importance de stratégies de gestion holistiques et intégratives.


L' approche naturopathique, en particulier, offre une palette de solutions naturelles qui vont de la modification alimentaire et l'usage de probiotiques à la gestion du stress par la sophrologie et la réflexologie.


Ces méthodes travaillent de concert pour réduire les symptômes et améliorer la qualité de vie des personnes affectées.


En abordant la colopathie fonctionnelle sous plusieurs angles (diététique, psychologique et physique), la naturopathie contribue efficacement à restaurer l'équilibre corporel et mental, offrant ainsi une réponse complète et personnalisée à un problème souvent débilitant.


Adopter ces pratiques peut non seulement aider à contrôler et à diminuer les symptômes du SII mais également fortifier le corps contre les effets néfastes du stress chronique.




1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page