top of page
  • asnaturopathie

Les plantes adaptogènes de la ménopause

Dernière mise à jour : 1 juil.

La ménopause est une étape naturelle mais souvent difficile dans la vie d'une femme. Marquée par la fin de la menstruation et une diminution significative des niveaux hormonaux, elle peut provoquer divers symptômes inconfortables tels que les bouffées de chaleur, les sueurs nocturnes, les troubles du sommeil, l'anxiété, la fatigue, et parfois "l'effet coup de vieux".


De nombreuses femmes recherchent des alternatives naturelles pour atténuer ces symptômes et améliorer leur qualité de vie. Parmi ces alternatives, les plantes adaptogènes se révèlent particulièrement prometteuses à la ménopause.


Elles peuvent être proposées lors d'une consultation ou dans le cadre d'un programme complet dédié à l'accompagnement des femmes en périménopause.


une femme qui se regarde dans le miroir
Femme ménopausée qui prend soin d'elle

Qu'est-ce qu'une plante adaptogène ?


Les plantes adaptogènes sont des feuilles et des racines utilisées depuis des millénaires dans diverses traditions médicinales, notamment en Ayurveda et en Médecine Traditionnelle Chinoise.


Ces plantes aident l'organisme à s'adapter au stress et à maintenir l'équilibre interne, un processus également connu sous le nom d'homéostasie. Les adaptogènes agissent sur le système nerveux, endocrinien et immunitaire, favorisant ainsi une meilleure résilience face aux stress physiques, émotionnels et environnementaux.


Panossian et Wikman (2010) ont démontré que les plantes adaptogènes pouvaient réduire la fatigue et améliorer les performances mentales et physiques.


Les principales plantes adaptogènes de la ménopause


1. L’Ashwagandha (Withania somnifera), l’adaptogène calmante


L'ashwagandha, également connue sous le nom de ginseng indien, est largement reconnue pour ses propriétés adaptogènes. Cette plante est utilisée pour réduire le stress, améliorer la qualité du sommeil et augmenter les niveaux d'énergie.


L'ashwagandha est connue pour réduire les niveaux de cortisol, l'hormone du stress, et améliorer le bien-être général. Mais elle a d'autres atouts pour la femme en période de ménopause. Elle soutient la fonction endocrinienne, elle est aphrodisiaque et hypocholestémiante.


Une étude menée en 2021 sur 100 femmes pendant 8 semaines a démontré que l'extrait d'ashwagandha pouvait réduire significativement les syndromes climatériques de la périménopause.


2. La  Maca (Lepidium meyenii), aphrodisiaque puissant


Originaire des Andes péruviennes, la maca est utilisée pour ses effets bénéfiques sur la vitalité et la libido. La maca peut aider à équilibrer les hormones et à atténuer les symptômes de la ménopause, tels que les bouffées de chaleur, la dépression et la baisse de libido. Elle peut être conseillée même en cas d'antécédants de cancer hormonaux dépendants.


Une étude menée par Brooks et al. (2008) a révélé que la maca pouvait améliorer les symptômes psychologiques et les dysfonctions sexuelles chez les femmes ménopausées sans influencer les niveaux d'œstrogènes ou d'androgènes.


3. La Rhodiola (Rhodiola rosea), stimulant de premier choix


La rhodiola est une plante adaptogène qui aide à combattre la fatigue et à améliorer l'humeur. Elle est particulièrement utile pour les femmes ménopausées souffrant de fatigue chronique et de dépression légère à modérée. La rhodiola augmente la capacité de l'organisme à résister au stress en régulant la sécrétion de cortisol.


De nombreuses sources de données indiquent que R. rosea devrait être étudiée en tant que modulateur sélectif potentiel des récepteurs aux œstrogènes (SERM) pour prévenir, retarder ou atténuer les troubles cognitifs, psychologiques, cardiovasculaires et ostéoporotiques liés à la ménopause.



4. Le Ginseng (Panax ginseng), adaptogène tonique


Le ginseng est bien connu pour ses propriétés tonifiantes et revitalisantes. Il peut aider à réduire les bouffées de chaleur et améliorer la qualité de vie des femmes ménopausées en augmentant les niveaux d'énergie et en réduisant le stress. Le ginseng peut également améliorer les fonctions cognitives et réduire la fatigue.


Une étude de 2022 a démontré que le ginseng asiatique améliorait la qualité de vie des femmes ménopausées ou en période de ménopause.



illustration des galéniques de plantes adaptogènes
différentes formes de galénique en phytothérapie

Comment intégrer les adaptogènes dans votre routine ?


Il est essentiel de consulter un professionnel de santé ou un Naturopathe certifié avant de prendre les plantes adaptogènes. Votre naturopathe détermine la plante,  la dose appropriée et la meilleure façon de les intégrer dans votre routine quotidienne.


Voici quelques conseils généraux :


  1. Commencez progressivement : Introduisez une nouvelle plante à la fois pour observer comment votre corps réagit.


  1. Soyez constant : Les adaptogènes fonctionnent mieux lorsqu'ils sont pris régulièrement sur une période prolongée.


  1. Faites des fenêtres thérapeutiques : Prenez la plante 5 jours sur 7 ou 3 semaines sur 4, selon le conseil de votre naturopathe.


  1. Écoutez votre corps : Chaque personne réagit différemment aux adaptogènes. Si vous ressentez des effets secondaires, appelez votre naturopathe ou consultez votre professionnel de santé.



Les contre-indications et précautions générales


Bien que les plantes adaptogènes soient généralement bien tolérées, elles peuvent avoir des contre-indications et des interactions avec certains médicaments. Voici quelques précautions générales à prendre en compte :


  • Interactions médicamenteuses : Les adaptogènes peuvent interagir avec divers médicaments, y compris les anticoagulants, les antidépresseurs, les médicaments pour la pression artérielle, et les immunosuppresseurs. Il est crucial de consulter votre médecin si vous prenez des médicaments.


  • Antécédents médicaux : Certaines conditions médicales, comme les troubles hormonaux, les maladies auto-immunes, les troubles psychiatriques, métaboliques, endocriniens... peuvent être exacerbées par l'utilisation des adaptogènes. Ne décidez pas seules. Votre naturopathe saura vous conseiller.


  • Grossesse et allaitement : Même si ce n'est plus le sujet en période de ménopause, il est utile de rappeler que la plupart des adaptogènes n'ont pas été suffisamment étudiés chez les femmes enceintes ou allaitantes. Il est donc recommandé de les éviter pendant ces périodes.


  • Dosage approprié : Utilisez les adaptogènes sous la supervision d'un professionnel pour déterminer le dosage approprié et éviter les effets secondaires potentiels.


Un bilan complet avec votre naturopathe permettra de déterminé quelle plante est la plus adaptée à votre demande et garantira l'absence de contre indication pour vous.


Conclusion


Les plantes adaptogènes offrent une approche naturelle et efficace pour gérer les symptômes de la ménopause. En soutenant l'organisme face au stress et en équilibrant les hormones, elles peuvent améliorer la qualité de vie des femmes ménopausées. Cependant, il est crucial de les utiliser avec précaution et sous la supervision d'un professionnel de santé ou d'un naturopathe.


Si vous cherchez des alternatives naturelles pour traverser cette transition, les adaptogènes pourraient faire partie des solutions. Pour en savoir plus sur comment ces plantes peuvent vous aider, n'hésitez pas à me contacter pour une consultation personnalisée.





Références


  1. Panossian, A., & Wikman, G. (2010). Effects of adaptogens on the central nervous system and the molecular mechanisms associated with their stress—protective activity. Pharmaceuticals, 3(1), 188-224.

  2. Effect of an ashwagandha (Withania Somnifera) root extract on climacteric symptoms in women during perimenopause: A randomized, double-blind, placebo-controlled study Sriram Gopal, Ashutosh Ajgaonkar, Padmaja Chanty, Aditi Kaundinya, Vaishali Thakare, Sanjaya Chauhan, Deepak Langade  Affiliations expand

  1. Brooks, N. A., Wilcox, G., Walker, K. Z., Ashton, J. F., Cox, M. B., & Stojanovska, L. (2008). Beneficial effects of Lepidium meyenii (Maca) on psychological symptoms and measures of sexual dysfunction in postmenopausal women are not related to estrogen or androgen content. Menopause, 15(6), 1157-1162.

  2. Pause menopause with Rhodiola rosea, a natural selective estrogen receptor modulator. Patricia L Gerbarg, Richard P Brown. Affiliations expand

  1. Using ginseng for menopausal women's health care: A systematic review of randomized placebo-controlled trials Hye Won Lee, Lin Ang, Myeong Soo Lee 


12 vues0 commentaire

Comentarios


bottom of page