top of page
  • Photo du rédacteurAnne-Sophie Dolhem

La ménopause : Un voyage personnel

Dernière mise à jour : 19 mai

La ménopause peut parfois sembler un voyage solitaire. Pourtant 500 000 femmes débutent chaque jour leur ménopause, 10 à 11 millions de femmes sont en ménopause actuellement en France et une femme passe plus d’un tiers de sa vie ménopausée !


De quoi relativiser... Certaines vont vivre ce passage comme une libération, d’autres comme un couperet qui tombe, d’autres encore compter les avantages et les inconvénients.



3 femmes matures ont une fleur à la main.
La ménopause en beauté


La façon dont ce passage obligé va être vécu dépend d’une multitudes de paramètres physiologiques et psychologiques mais va dépendre aussi du contexte familial, professionnel et social.


C’est une période qui coïncide souvent avec le départ des enfants. Le fameux syndrome du nid vide... les projets concernant la retraite qui peut être attendue ou redoutée...


C’est aussi souvent une période de remise en cause qui peut être très profonde sur le sens de la vie, l’alignement entre soi et son métier, soi et son conjoint, soi et les choix qui ont tracé notre chemin de vie.


Pour toutes ces raisons, la ménopause est un voyage très personnel qu’il est bon d’aborder comme une opportunité de croissance personnelle et de redécouverte de soi plutôt que comme un déclin.


C’est le moment idéal pour faire le point sur le chemin parcouru, célébrer les réalisations et envisager avec enthousiasme les possibilités futures. C’est tout simplement le moment de penser enfin à soi !


Comprendre les changements hormonaux de la ménopause


La ménopause n’est pas simplement la fin des cycles menstruels. C’est un processus complexe influencé par des facteurs hormonaux avec la diminution de la progestérone pendant la préménopause puis des oestrogènes.

 

Ce sont ces changements qui peuvent entrainer des symptômes climatériques tels des sautes d’humeurs, des bouffées de chaleurs, une prise de poids, une baisse de moral, une diminution de la libido, une gêne au niveau de la sphère génito-utinaire, un sommeil perturbé...


La bonne nouvelle, c’est qu’il existe des solutions naturelles, adaptées à chacune. Une femme n’ayant pas d’antécédents familiaux de cancer hormonaux dépendants pourra enrichir son alimentation en phyto-oestrogène et se faire aider avec de la phytothérapie.


En cas d’antécédents, d’autres solutions sont possibles à préconiser au cas par cas.


Pour toutes, une supplémentation en vitamine D, calcium, oméga 3, magnésium en plus d’une alimentation adaptée à ce nouveau métabolisme du corps aidera à prévenir de nombreux mots liés au vieillissement.


Un point sur le foie et sur le transit seront incontournables en préambule ; Une hydratation quotidienne et suffisante avec des eaux variées de qualité aussi.



Mon alimentation correspond-t-elle à mes besoins ?



Cageot de légumes dans un potager.
Fruits et légumes à volonté !

Si vous ne changez rien, de toute évidence, non. Et c’est bien naturel. A la ménopause, le métabolisme ralentit et les besoins diminuent.


Mais au fait, quelle est votre alimentation ? Riche ? Végane ? Sucrée ? Industrielle ? Cuisinée maison ? Bio et locale ? De restauration ?


L’alimentation est liée aux convictions, à l’affect, à l’éducation, au mode de vie, aux moyens financiers...


C’est un sujet très sensible et il n’est pas question d’imposer des changements radicaux et violents. De toute façon, ça ne fonctionnerait pas.


Quelques conseils de base : Une assiette idéale est composée pour moitié de légumes, pour 1/4 de protéines et 1/4 de féculents.


A la ménopause, il est bon de réduire les sucres rapides (c’est plus facile qu’il n’y parait quand c’est pris en charge), le café (faisable aussi), la charcuterie et la viande rouge et d’augmenter les petits poissons gras pour les omega 3, les huile de colza, cameline, noix, chanvre toujours pour les omega 3, les fruits et légumes frais pour les vitamines et les minéraux, les fruits à coques pour le sélénium, les crustacés riches en iode...


Et des aliments anti-stress...


Changement = stress



Une jeune femme en position de yoga.
Le yoga aide à réguler le stress.

La ménopause est un changement profond, et comme tout changement, elle génère du stress conscient ou inconscient, géré ou mal géré. Ce stress est rarement pris en considération et quasi jamais abordé en consultation gynécologique.


Pourtant, il est essentiel d’en prendre conscience, de l’évaluer (il existe des tests rapides) et de mettre des actions en place pour le gérer.


Nous connaissons aujourd’hui les bienfaits de la pratique de la cohérence cardiaque 3 fois, 5 minutes par jour, à la portée de tous. Il faut prendre connaissance des études pour comprendre l’influence sur les système nerveux et endocrinien et ainsi trouver la motivation d’être régulière dans cette pratique. Il existe de nombreuses applications.


Le yoga pour celle qui aiment, la médiation (les médiations guidées sur Youtube peuvent aider. Cédric Michel ou Jan et Olivia par exemple). Il est primordial de s’accorder des moments de pauses mentales.


La lutte contre le stress passe aussi par une alimentation riche en magnésium, tryptophane, omega 3, sélénium, vitamine C et B comme Bien-être (B3, B6, B9, B12).


Une collation idéale qui évitera de surcroit la fringale de 18h : Une banane, une petite poignée d’amandes et 1 carré de chocolat noir 70% minimum de cacao.


Bouger, s’aérer, pratiquer une activité physique


Pour le moral, pour prévenir les risques d’ostéoporose, pour oxygéner les cellules, pour prévenir la prise de poids...


Des arguments qui donnent de la motivation !


Bien s’entourer pour cultiver le bien-être


Outre le gynécologue, qui propose ou pas un traitement hormonal, des mammographies et une évaluation de la densitométrie osseuse pour évaluer les risque d’ostéoporose, la naturopathie intervient de façon complémentaire sur la prévention des carences, les symptômes climatériques, la gestion du stress, la libido et autres maux comme des douleurs articulaires, la fatigue, des désagréments au niveau de la sphère urinaire...


Il peut aussi orienter sa consultante vers d’autres professionnels de santé et/ou du bien être.


Il prend le temps d’écouter et de comprendre le mode de vie de chacune pour répondre de façon personnalisée à la demande de chaque femme.


Prendre soin de soi pour vivre mieux chaque jour


C’est le moment de s’écouter, de se « foutre la paix », de se faire plaisir.


Les sorties entre ami(e)s, les week-end en amoureux, un spa de temps à autre, des séances de réflexologie, de massage, des rituels beauté, des cours de yoga, d’aquarelle ou de tennis, un retour à la fac, une reconversion professionnelle, que sais-je encore...


Mais pour avoir envie, il faut se sentir bien physiquement et émotionnellement !


La vitaminothérapie, les oligo éléments, la phytothérapie, les huiles essentielles et bien d’autres outils aident aujourd’hui les femmes à profiter de la vie pendant et après la ménopause. Pourquoi s’en priver ?


Le pouvoir de la communauté

5 femmes matures en tenue de sport joignent leurs mains.
Se soutenir entre femmes à la ménopause

Echanger avec ses amies ou rejoindre un groupe de femmes pour partager ses expériences peut offrir un soutien émotionnel précieux. Ensemble, les femmes peuvent s’entraider, partager des conseils et célébrer les victoires de cette nouvelle tranche de vie.


En conclusion, il est primordial de rompre l’isolement, de libérer la parole et de solliciter de l’aide auprès des professionnels de santé et du bien être.


La ménopause offre une occasion de se réinventer, de cultiver le bien-être et d’émerger plus forte et plus épanouie de l’autre côté de cette transition naturelle.




1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page